Entreprenariat, quel statut choisir pour débuter ?

Entreprenariat, quel statut choisir pour débuter ?

Lorsque l’on souhaite sortir du schéma classique salarié/employeur et commencer une activité entrepreneuriale, plusieurs statuts s’offrent à nous. Si la plupart des gens vont opter pour l’autoentreprenariat, le portage salarial ou l’entreprise commercial peuvent être dans certains cas de meilleures solutions.

Le portage salarial

Le portage salarial consiste à confier à une structure externe la facturation et la gestion administrative des missions qu’une entreprise lui a confié.

Les avantages sont nombreux pour l’entrepreneur car il a un statut de salarié. Ainsi, il va cotiser pour sa retraite, il bénéficie de l’assurance-chômage et peut souscrire à une mutuelle complémentaire entreprise.

La société de portage salarial va s’occuper de toute la partie administrative de l’activité et il n’y a pas besoin de créer de structure juridique. L’entreprise cliente, qui emploie « l’entrepreneur », bénéficie d’une main-d’œuvre qualifiée sans avoir tous les inconvénients liés à l’embauche d’un salarié.

Cependant, le portage salarial coûte cher. L’entrepreneur doit facturer ses prestations au minimum 50 % plus cher car il aura plus de charges qu’avec une autoentreprise. C’est pourquoi l’autoentreprenariat est souvent choisi pour commencer une activité.

L’autoentreprenariat

Pour devenir autoentrepreneur, il faut tout simplement s’inscrire sur internet sur le site de l’URSSAF. Cela ne prend que quelques minutes et il n’y a aucuns frais à engager. C’est cette simplicité et cette rapidité qui fait que l’autoentreprenariat est l’un des statuts d’entreprise parmi les plus utilisés en France. C’est un statut qui permet de commencer une aventure entrepreneuriale à faible coût. Il y a bien entendu une gestion administrative à réaliser mais elle reste très simplifiée (pas de comptes annuels et franchise de TVA). C’est un statut flexible que l’on peut facilement abandonner pour créer une entreprise commerciale si l’activité devient très importante; le chiffre d’affaires d’une autoentreprise étant plafonné.

Les entreprises commerciales

Contrairement à l’autoentreprenariat, la création d’une entreprise commerciale (par exemple de type SAS ou SARL) va demander des frais et un nombre de formalités plus élevées.

Au moment de la création, il va falloir créer et rédiger les statuts de la société, publier une annonce légale de création de société, effectuer les apports du capital social, créer un compte bancaire professionnel… Toutes ces démarches prennent du temps et vont coûter de l’argent.

C’est la raison pour laquelle de nombreux entrepreneurs créaient une autoentreprise pour commencer leurs activités et non une entreprise commerciale.

Bien entendu, si vous avez besoin d’embaucher un salarié pour vous aider dans vos activités, il est nécessaire d’avoir une entreprise de type commercial.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.